Bienvenue sur le site du groupe villeneuvois de l'Association France Palestine Solidarité

Notre association, créée en juin 2010, est un des 100 groupes locaux de

l'association nationale AFPS.

Ce site se veut l'écho de nos activités locales.

L’AFPS soutient le peuple palestinien dans sa lutte pour la réalisation de ses droits nationaux. Elle agit pour une paix réelle et durable, fondée sur l’application du droit international.

 

 

Palestiniens, qu'a-t-on fait de votre terre ?

 

Quatre cartes valent mieux qu'un long discours!

 

 

ISRAËL S’ACHARNE SUR SALAH HAMOURI AVOCAT FRANCO-PALESTINIEN

 

- 5 arrestations - plus de 8 ans de prison - interdiction de vivre en famille - harcèlement permanent

 

MAINTENANT ILS VEULENT L’EXPULSER DE JÉRUSALEM !

Mort du militant palestinien Nizar Banat : les services de sécurité de l’Autorité palestinienne mis en cause

Voir en page Actualités Palestine

Palestine : création historique d’une commission d’enquête de l’ONU sur les violations du droit

Le Conseil des Droits de l’Homme des Nation Unies a créé le 26 mai 2021 une commission chargée d’enquêter dans le Territoire palestinien occupé - y compris Jérusalem-Est - et en Israël sur toutes les violations présumées du droit international humanitaire et des droits humains commises depuis le 13 avril 2021, ainsi que sur toutes les causes profondes de ces atteintes au droit. . .
L’Association France Palestine Solidarité salue cette décision et se félicite de la création de cette commission d’enquête internationale, indépendante et permanente. . .
L'AFPS demande à la France de reconnaitre la réalité de ce régime d’apartheid et de cesser de se rendre complice de ces violations du droit en laissant Israël les commettre en toute impunité.
Le Bureau national de l’AFPS,
27 mai 2021
communiqué 27 mai 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 528.4 KB

SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN !

ARRÊT IMMÉDIAT DES BOMBARDEMENTS SUR GAZA !

Israël doit être condamné et sanctionné !

 

En direct de Gaza 20 mai 2021

Cliquez

Le président de l’AFPS libéré, la mobilisation pour la Palestine continue !

Les informations qui nous arrivent de Gaza sont particulièrement préoccupantes : la liste des morts s’allonge heure par heure, la population vit dans la terreur.

La répression à Jérusalem et en Cisjordanie est terrible avec son lot d’arrestations, de blessés et de morts.

En Israël la population palestinienne subit la haine raciste officiellement propagée par le gouvernement israélien depuis des décennies. Ils manifestent leur révolte devant les violences subies par les palestiniens à Jérusalem et à Gaza.

C’est l’ensemble du peuple palestinien qui se mobilise.

Nous demandons à la France de protéger la population palestinienne et de condamner clairement les agressions qu’elle subit et de prendre les mesures qui s’imposent.

Le Bureau national de l’AFPS
Le 13 mai 2021

(extrait du communiqué)

ISRAËL - PALESTINE RECONNAÎTRE L’APARTHEID LE COMBATTRE — L’ÉLIMINER

 

Campagne de l’AFPS contre l’apartheid

 

 

Violences fascistes et racistes contre les Palestiniens à Jérusalem - silence révoltant de la France

Depuis le début du Ramadan, à Jérusalem l’armée israélienne interdit aux Palestiniens l’accès à la porte de Damas, lieu de rassemblement en cette période de fête, transformant le lieu tous les soirs en scènes de guerre, multipliant violences et arrestations. En parfaite complicité avec cette armée d’occupation, des centaines de fascistes, affiliés à l’organisation kahaniste Lehava, ont marché vers et dans la vieille ville de Jérusalem aux cris de « mort aux Arabes ».
Ces violences racistes n’ont suscité aucune réaction de la part de nos autorités.
La France s’honorerait à reconnaître le régime d’oppression et de domination qu’exerce Israël à l’encontre du peuple palestinien pour ce qu’il est : un régime d’apartheid, un crime contre l’humanité, comme le souligne le rapport publié ce 27 avril par Human Rights Watch.
communiqué 27 avril 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 580.2 KB

 Aujourd’hui, 4450 hommes, femmes, enfants, prisonnier·es politiques palestinien·nes sont détenu·es dans les geôles israéliennes.

Parmi eux, 140 enfants (moins de 18 ans), privés de scolarité ; 10 députés (membres du conseil législatif palestinien) privés de leur droit d’exercer leur mandat ; 26 journalistes pour avoir exercé leur droit à informer ; 440 sont en détention administrative (dont des enfants), c’est-à-dire emprisonnés sans inculpation ni jugement, 1 à 6 mois renouvelables indéfiniment.

Les arrestations sont violentes et on lieu très souvent lors de raids nocturnes par des soldats lourdement armés.

L’AFPS demande que la France prenne les mesures qui s’imposent pour faire pression sur l’État d’Israël afin qu’il cesse cette politique illégales et indigne.

 

Conseil des droits de l’homme de l’ONU : une importante résolution qui ne doit pas rester sans lendemain

Une très importante résolution a été adoptée par le Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies le 24 mars 2021.
Cette résolution engage Israël, Puissance occupante, à respecter immédiatement les obligations qui lui incombent au regard du droit international à l’égard de [la] population occupée protégée et à garantir l’accès aux vaccins contre la maladie à coronavirus (COVID-19) dans le Territoire palestinien occupé. Sur les 47 membres du Conseil, 32 pays ont voté pour dont l’Allemagne, la France, l’Italie, la Pologne.
il « exige qu’Israël se retire du Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, et mette fin à toutes les actions menées illégalement dans le Territoire palestinien occupé, notamment la construction de colonies […] ». Le Conseil exige aussi qu’Israël, puissance occupante, mette immédiatement un terme au blocus de Gaza.
L’AFPS demande au gouvernement français de prendre toutes les dispositions pour que cette résolution soit suivie d’effet dans les plus brefs délais.
Le Bureau national de l’AFPS
28 mars 2021 (extra
communiqué 28 mars 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 376.5 KB

Élections en Israël : la diplomatie française doit prendre ses responsabilités

Les résultats des élections législatives en Israël du 23 mars sont sans appel
Au moins 65 députés sur les 120 que comptent la Knesset sont favorables à l’annexion de terres palestiniennes en Cisjordanie. Au moins 97 parlementaires se prononcent pour la poursuite de la colonisation et autant sont défavorables à l’établissement d’un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale, donc opposés à l’application du droit international.
Les diplomaties françaises et européennes doivent constater cet état de fait : sans des sanctions et une réelle pression internationale, le prochain gouvernement israélien continuera à agir impunément au détriment du droit international.
Le Bureau national de l'AFPS
communiqué 25 mars 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 333.1 KB

Définition de l’antisémitisme : une initiative bienvenue pour mettre fin aux manipulations

L’Association France Palestine Solidarité salue l’initiative de plus de 200 universitaires de différents pays, dont les États-Unis, Israël, l’Angleterre, la France, qui ont publié ce jeudi 25 mars la  « Déclaration de Jérusalem sur l’Antisémitisme » (JDA).

Visite en France du président d'Israël le 18 mars

Lettre à M. Emmanuel Macron
La France est signataire de l’accord dit JCPoA sur le nucléaire iranien, que le gouvernement israélien a combattu sans relâche. L’État d’Israël doit être fermement et publiquement mis en garde contre toute aventure militaire.
En ce qui concerne la Cour Pénale internationale, la France, qui l’avait toujours fermement et publiquement soutenue, a été jusqu’ici muette face aux attaques dont elle fait l’objet sur le dossier de la Palestine, notamment de la part d’Israël. La France doit publiquement prendre position pour défendre la CPI contre les attaques qu’elle subit.
Cette visite intervient dans un contexte marqué aussi par l’exceptionnelle gravité de la situation pour le peuple palestinien dans le Territoire palestinien occupé. La France doit très clairement rappeler au Président de l’État d’Israël, à l’occasion de cette visite, les obligations de son pays en tant que puissance occupante
15 mars_AFPS_PresidentRepublique (1).pdf
Document Adobe Acrobat 154.0 KB

Monsieur le Président de la République, à la tribune de l’ONU, en septembre 2018, vous aviez dénoncé « la loi du plus fort ». Sur tous les sujets que nous venons d’évoquer, il est temps que vous rappeliez, à l’occasion de la visite de son président, que l’État d’Israël n’est pas au-dessus des lois et qu’il est grand temps que cet État respecte le droit international.

8 mars 2021 Journée internationale des droits des femmes

(photo du site Women Wage Peace)

 

Le mouvement Women Wage Peace a été créé par quelques femmes israéliennes en 2014 en réaction à l'offensive meurtrière "Bordure Protectrice" sur Gaza. (Dans son rapport du  le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), donne un bilan de 1 843 palestiniens tués. Dans ce décompte 279 morts sont « non identifiés », 1 354 sont des civils dont 415 enfants et 214 femmes.).Ce mouvement pacifiste prend rapidement de l'ampleur : de 10 000 membres en 2015 il en compte aujourd'hui 45 000, israéliennes et palestiniennes. Ces militantes pacifistes s'appuient sur la résolution 1325 de l'ONU qui met en avant le rôle prépondérant des femmes dans la gestion des conflits.

 

Aller sur la page Journée des Femmes 2021

Palestine : la France doit soutenir l’action de la Cour Pénale Internationale

L’Association France Palestine Solidarité salue la décision prise le mercredi 3 mars par Mme Fatou Bensouda, procureure de la Cour Pénale Internationale, d’ouvrir l’enquête sur les crimes commis en territoire palestinien occupé depuis juin 2014.
Attaquée par Israël avec le soutien des États-Unis, la Cour Pénale Internationale a un besoin impérieux de soutien de la part des États qui en sont partie prenante.
La France, qui a une longue et constante tradition de soutien à la CPI, reste cette fois silencieuse. Il est grand temps qu’elle sorte de ce silence, qu’elle prenne publiquement position pour défendre la CPI contre les attaques qu’elle subit, qu’elle fasse comprendre aux dirigeants israéliens qu’ils ne sont pas au-dessus des lois internationales.
communiqué 5 mars 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 427.7 KB

Pétition / Covid-19 en Israël et Palestine : non à l’apartheid sanitaire

Pétition adressée à : M. Josep Borrell, Haut-représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité.

Dans l’actuelle période de pandémie, l’État d’Israël est parfois présenté comme exemplaire en termes de vaccination. Or il laisse sans soins et sans vaccins la population palestinienne du territoire qu’il occupe en Cisjordanie et à Gaza, ainsi que toute une partie de la population palestinienne de Jérusalem, tout en apportant ces services aux habitants des colonies illégales en Cisjordanie occupée. Nous n’acceptons pas cette situation d’apartheid sanitaire, comme nous refusons la politique de colonisation, d’occupation, de blocus et d’apartheid qu’Israël fait subir au peuple palestinien. Israël, qui est toujours la puissance occupante, doit fournir à la population qu’elle occupe les vaccins en même quantité et qualité qu’à sa propre population, ainsi que les équipements de test, de protection, de soins (médicaments et oxygène) au même niveau que la population israélienne. Et les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes doivent être protégés de la même manière. Nous demandons à l’Union européenne de rappeler fermement à Israël ses obligations de puissance occupante selon le droit international, en matière de santé, et et de suspendre sa coopération avec Israël tant que ces obligations ne seront pas remplies.

 

Signez la pétition

Les dattes de Palestine sont arrivées le 12 décembre !

Vous n'avez pas pu venir le 12 décembre et vous voulez en acheter ?

Envoyez un mail à la présidente : francoise.laurent-va@sfr.fr

pour prendre rendez-vous.

Boîtes de 500 g vendues 10 € 

10 décembre/Droits de l'homme, droit au retour des réfugiés : même combat !

Le 10 décembre 1948, l’Assemblée Générale de l’Onu adopte la Déclaration universelle des droits de l’Homme, son article 13 affirme que toute personne a le droit de quitter son pays et d’y revenir. Le 11 décembre 1948, l’Assemblée Générale de l’Onu vote la Résolution 194, son article 11 affirme le droit au retour dans leurs foyers des réfugiés palestiniens. Mais aujourd’hui plus de 7 millions de Palestiniens sont toujours privés de leurs droits, et n’y renonceront pas. Israël refuse de respecter le droit international, seules des sanctions pourront contraindre cet Etat à l’appliquer. Les associations de défense des droits de l’Homme doivent sans relâche rappeler aux états membres de l’ONU leurs obligations à faire respecter le droit international, sans exception. Chaque année en décembre, l’AFPS et ses groupes locaux réaffirment haut et fort les droits des Palestiniens à circuler librement et à retourner dans leur pays.

"A Gaza l'encerclée, je décris les olives

Qui poussent et mûrissent sur cette terre,

Socle de notre vie,

Malgré les bulldozers et les machines de guerre

Qui déchirent les champs"

 

Nous avons reçu le dernier recueil de poèmes de Ziad Medoukh

Les oliviers poussent encore à Gaza

 

20 novembre : Journée internationale des Droits de l'enfant

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté plus de 400 enfants palestiniens depuis le début de cette année et jusqu’à la fin octobre dernier, la plupart d’entre eux de Jérusalem.

9 novembre : Journée mondiale pour un monde sans murs

Du mur d’apartheid israélien sur la terre palestinienne au mur

de la honte américain à la frontière mexicaine, près de 70

murailles sur tous les continents déchirent la vie et les terres

des peuples.

Mobilisez-vous et unissez-vous pour un Monde sans murs !

Avec l'AFPS, participez à l'action numérique collective.

Envoyez une photo à afps@france-palestine.org !

Crime de guerre israélien dans la vallée du Jourdain

Destruction du village bédouin de Humsa al-Fuqa dans la vallée du Jourdain
Ce sont les habitats précaires de 74 personnes dont 41 enfants qui ont été détruits. Depuis le début de l’année 2020, Israël a détruit plus de 670 structures palestiniennes et privé de toit 869 Palestiniens. La destruction de propriétés dans des territoires occupés est une violation du droit international humanitaire tout comme le déplacement forcé de populations est un crime de guerre.
Seules des sanctions pourront arrêter Netanyahou. L’Union européenne doit suspendre son accord d’association avec Israël et mettre fin à toute coopération militaire et sécuritaire tant que cet État ne respectera pas le droit international et le droit humanitaire. L’AFPS demande à la France de peser de tout son poids dans ce sens.
Le Bureau national de l'AFPS 6 novembre 2020
communiqué 6 novembre 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 337.1 KB

Pour la liberté d’expression, pour l’éducation et contre tous les fanatismes

Communiqué du Bureau National de l'AFPS
L’Association France Palestine Solidarité a appris avec effroi l’attentat dont a été victime un professeur d’histoire du collège de Conflans St Honorine. Cet attentat porte atteinte de manière dramatique aux principes fondamentaux de la République, à la liberté d’expression, à la formation de l’esprit critique et au droit à l’éducation. . .
Partout dans le monde, il faut que les valeurs du Droit et du respect de l’autre fassent reculer les fanatismes. Tous les fanatismes.
Communiqué 18 octobre 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 521.6 KB

Georges Ibrahim Abdallah

Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !
Ce militant communiste libanais, ardent défenseur de la cause palestinienne, est devenu un des plus anciens prisonniers politiques en Europe. Il entame sa 37ème année de détention derrière les murs de cette prison, bien que libérable depuis 1999.
Nous n’acceptons pas les ingérences d’États étrangers dans notre justice.
Nous n’acceptons pas la condamnation à perpétuité d’un prisonnier d’opinion.
Nous n’oublions pas que la résistance est un droit pour chaque peuple.
communiqué 16 octobre 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 301.1 KB

Réponse mondiale à l’apartheid israélien : appel à l’AG de l’ONU de la part d’organisations de la société civile de Palestine et du monde entier

24 septembre 2020

Lire : cliquez

Il faut que cesse l'acharnement d'Israël contre

 

Salah Hamouri !

 

Salah Hamouri est menacé d'expulsion !

Salah Hamouri, avocat franco-palestinien est de nouveau victime de l’acharnement d’Israël.
L’État d’Israël est aujourd’hui passé à un autre stade en lui signifiant qu’il envisageait de lui retirer le droit de résider à Jérusalem. Cette révocation aboutirait à une expulsion définitive de Salah de sa terre natale.
Les autorités françaises et européennes doivent prendre leurs responsabilités pour qu’Israël cesse de bafouer le droit et particulièrement les droits fondamentaux de Salah Hamouri qui est aussi citoyen français. L’AFPS les appelle à œuvrer dans ce sens.
Salah Hamouri doit être protégé face aux persécutions dont il est la cible et ses droits fondamentaux doivent lui être reconnus.
communiqué 3 septembre 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 400.1 KB

Silence, on étrangle les Palestiniens de Gaza !

Lire en page Actualités Palestine . . . 

L’accord entre les Emirats arabes unis et Israël : une dangereuse supercherie

C’est un accord pour lequel les Palestiniens n’ont pas été concertés, et que la direction palestinienne a fermement condamné. La prétendue « suspension » de l’annexion est une vaste supercherie. Netanyahou annonce clairement qu’il ne renonce pas à l’annexion. En attendant de décréter formellement l’annexion, Israël la met en œuvre sur le terrain, et continue à tranquillement mener ses actions dévastatrices et à poursuivre par la force et dans l’illégalité colonisation, annexion, blocus et bombardement de Gaza, déplacements forcés, destructions de maisons, emprisonnements et meurtres de Palestiniens, tout en développant la situation d’apartheid.
communiqué 17 août 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 413.7 KB

L’Association France Palestine Solidarité dénonce fermement cet accord en trompe l’œil. Elle appelle tous les citoyens à renforcer leur mobilisation pour le peuple palestinien et demande aux États de le protéger, et d’imposer par des actes le Droit et les résolutions internationales qui constituent la seule perspective d’une paix réelle.

 

Le Bureau national de l’AFPS
17 août 2020

Israël envahit deux centres culturels palestiniens à Jérusalem-Est et arrête leurs directeurs

Ce mercredi 22 juillet, la police et les services spéciaux israéliens ont envahi et saccagé deux centres culturels palestiniens particulièrement réputés, le Centre culturel Yabous, et le Conservatoire national de musique Edward Saïd.
Israël, fort du soutien des États-Unis de Trump et n’ayant en aucun cas renoncé à ses projets d’annexion, intensifie ses attaques contre le peuple palestinien. Israël vole aussi, en toute impunité, le patrimoine artistique palestinien, comme il vient de le faire pour des fonts baptismaux byzantins datant du VIème siècle. Le secteur palestinien de la santé n’est pas non plus épargné. Il y a quelques jours, Israël a osé détruire, à Hébron, un centre de diagnostic que les autorités palestiniennes venaient de construire.
communiqué 23 juillet 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 414.3 KB

Mercredi 8 juillet : Salah Hamouri est libre !

Salah Hamouri arrêté une nouvelle fois !

Le 30 juin, alors qu’il se rendait dans un centre de santé à Jérusalem-Est où il habite, Salah Hamouri a été arrêté une nouvelle fois par l’armée d’occupation israélienne.

Le 1er juillet, le tribunal israélien l’a placé en détention administrative jusqu’au 7 juillet.

VICTOIRE POUR LA LIBERTE D'EXPRESSION !

L'appel au boycott est reconnu comme un droit citoyen!

 

L’Association France Palestine Solidarité se réjouit de l’arrêt rendu ce jeudi 11 juin par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) : dans l’affaire qui l’opposait à 11 militants condamnés par la justice française pour des actions d’appel au boycott, la France est condamnée.
Il est ainsi reconnu que l’appel au boycott est un droit citoyen, dès lors qu’il est motivé par la critique d’un État et de sa politique. Et l’État d’Israël, qui viole quotidiennement le droit international et les droits de l’Homme, ne fait pas exception.

 

L’arrêt de la CEDH apporte un démenti cinglant aux organisations qui se font les relais en France de la politique israélienne en attaquant la liberté d’expression et le droit à l’action citoyenne, et à tous ceux qui jusqu’au plus haut niveau de l’État prétendaient que l’appel au boycott était interdit en France.

 

Partie prenante de la Campagne internationale Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), une campagne non-violente initiée en 2005 par 170 organisations de la société civile palestinienne, l’AFPS mène avec ses partenaires des initiatives dans ce domaine depuis de nombreuses années, sur des principes toujours motivés par la remise en cause de la politique de l’État d’Israël. Elle entend poursuivre et intensifier ses actions en restant fidèle à ses principes.

 

Condamnée par la CEDH, la France a maintenant des obligations. Outre les réparations qu’elle doit aux militants injustement condamnés, elle doit rappeler que les scandaleuses circulaires dites « Alliot-Marie » et « Mercier » sont définitivement caduques, et affirmer, de la manière la plus solennelle, qu’elle respectera le droit citoyen d’appel au boycott contre l’État d’Israël et sa politique comme pour tout autre État.

 

Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité, a déclaré :

 

C’est une juste victoire de la liberté d’expression et d’action citoyenne. Nous appelons nos concitoyens à se rassembler de plus en plus nombreux dans le combat pour les droits du peuple palestinien, et pour les valeurs universelles qu’il porte de liberté, d’égalité et de dignité. La campagne BDS en fait partie et nous continuerons à la développer tant qu’Israël ne respectera pas le droit international et les droits de l’Homme.

 

À l’heure où l’État d’Israël se prépare, avec le projet d’annexion d’une grande partie de la Cisjordanie, à franchir un nouveau pas dans la violation du Droit, l’action des citoyens porte aussi une exigence vis-à-vis des États pour qu’ils s’engagent enfin dans la voie des sanctions. C’est la condition d’un avenir fondé sur le Droit et le respect de l’Autre.

 

Le Bureau national de l’AFPS, 11 juin 2020

ET LA VIE DES PALESTINIENS? ELLE COMPTE ?

Assassinat d'un jeune Palestinien autiste

communiqué du bureau national de l'AFPS

Et la vie des Palestiniens, elle compte ?
Il s’appelait Eyad al-Halaq, il avait 32 ans. Eyad était autiste.Samedi 29 mai, il se rendait à l’école spécialisée qu’il fréquentait. . Interpellé par les soldats, il s’est enfui, effrayé : ils l’ont « neutralisé » comme ils savent le faire en lui tirant dessus pour tuer. Ils avaient soi-disant pris son téléphone portable pour une arme et donc identifié Eyad comme terroriste. Si l’on veut que la vie des Palestiniens ait autant de valeur que la vie de tout autre être humain sur cette terre, il est temps de mettre fin à l’impunité d’Israël, de dénoncer et combattre les lois racistes et discriminatoires qui font des Palestiniens des citoyens privés de des droits élémentaires et de leurs droits nationaux.
communiqué 2 juin 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 389.0 KB

LEVEZ LE SIEGE !

Des artistes appellent à mettre fin au siège de Gaza par Israël lors de la crise de coronavirus 

 

Philip Pullman, Ariane Ascaride, Peter Gabriel et 350 autres signataires appuient l’appel d’Amnesty International à un embargo militaire sur Israël « jusqu’à ce qu’il respecte pleinement ses obligations selon le droit international ».

Lettre ouverte du 14 mai 2020, signatures supplémentaires le 15 mai      Site : https://liftthesiege.com/fr/

 

 

Lire la lettre en entier

Levez le siège.pdf
Document Adobe Acrobat 365.6 KB

Accord de gouvernement en Israël : derrière le Covid-19, l’annexion et l’apartheid

Communiqué du Bureau National de l'AFPS
Cet accord prévoit en effet que les seules lois qui seront votées dans les six premiers mois de ce gouvernement ne concerneront que la lutte contre le Covid-19… à une seule exception près : l’annexion par Israël de la Vallée du Jourdain et du territoire des colonies israéliennes en Palestine occupée. Si l’on y ajoute le renoncement par Benny Gantz à toute modification de la loi d’apartheid dite « loi État nation du peuple juif », tous les masques sont maintenant tombés.
communiqué 21 avril 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 424.3 KB

17 avril : Journée internationale des prisonniers politiques palestiniens

COMMUNIQUE DU 10 AVRIL 2020

Palestiniens face à la pandémie : égalité des droits ?
Les lois discriminatoires édictées depuis plus de 70 ans par l’État d’Israël rendent les Palestiniens plus vulnérables dans le domaine de la santé. . . Gaza, Jérusalem-Est, les camps, les prisonniers . ..Non seulement Israël ne se soucie pas de la sécurité sanitaire de cette population qu’elle occupe mais empêche ceux qui tentent de pallier sa défaillance. . . Ces situations ne sont pas l’objet du hasard : elles sont le résultat de décennies de politiques et de lois discriminatoires pour lesquelles Israël doit être sanctionné.
communiqué 10 avril 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 367.3 KB

APPEL DU BUREAU NATIONAL

 

En cette période de pandémie, Israël continue à arrêter des enfants palestiniens lors de raids de l’armée.

 

Ça n’est pas une manière de traiter des enfants !

 

Le 19 mars, la section palestinienne de l’ONG Defense for Children International lançait un vibrant appel afin que « les autorités israéliennes [prennent] des mesures immédiates pour libérer tous les enfants palestiniens emprisonnés dans les prisons et les centres de détention israéliens à cause de la vulnérabilité croissante crée par la rapide expansion mondiale du virus COVID-19 et pour sauvegarder leur droit à la vie, à la survie, au développement et à la santé en accord avec le droit international. »

 

L’AFPS appelle toutes celles et tous ceux que cette situation révoltent à signer et à relayer massivement la pétition initiée par la campagne « No way to treat a child » (Ce n’est pas une manière de traiter un enfant).

 

CORONAVIRUS : La Palestine, confinée, subit de plein fouet les exactions israéliennes

Depuis hier, la Cisjordanie est isolée du monde « par mesure sanitaire ».
Des décennies d’occupation font que des millions de Palestiniens vivent dans des conditions de surpeuplement et des conditions sanitaires déplorables. Que ce soit dans les camps de réfugiés, dans la Bande de Gaza ou dans les prisons israéliennes, bien plus que d’autres ils sont à la merci de ce virus et sont démunis pour y faire face. L'arrivée de l’épidémie éclaire d’un jour particulièrement odieux la politique israélienne de domination et d’oppression du peuple palestinien.
communiqué 20 mars 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 597.6 KB

 

Ces exactions doivent cesser et la politique israélienne doit changer radicalement : nous le demandons solennellement et nous demandons au gouvernement français d’agir dans ce sens.

 

Le Bureau National, 24 mars 2020

 

 

21 mars : Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

 

 

Israël a  mis en place et maintenu un régime institutionnalisé de domination raciale et de répression sur le peuple palestinien constituant – selon l’article 7 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale - un crime d’apartheid.

 

L’impunité dont jouit cet État est un des facteurs qui contribue au maintien de ce régime d’apartheid.
Les politiques israéliennes ne sont pas des pratiques séparées mais bien un système planifié et institutionnalisé visant à mettre en place un régime de domination et d’oppression systématique des Palestiniens où qu’ils vivent et à maintenir ce système.
communiqué 20 mars 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 597.6 KB

 

En cette veille de Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, l’AFPS tient à rappeler que la communauté internationale a pour obligation de ne pas reconnaitre une situation illégale et de ne pas porter aide ou assistance à son maintien.
Elle doit donc condamner le régime d’apartheid israélien et prendre des sanctions contre cet État tant qu’il n’en finira pas avec ce régime d’apartheid. Les citoyens eux, ont pris leurs responsabilités en appelant à la campagne Boycott Désinvestissement Sanction. C’est notre réponse à la politique d’apartheid imposée par l’État d’Israël au peuple palestinien.

 

Le Bureau National de l’AFPS, 20 mars 2020

 

Plan Trump : des effets déjà dévastateurs sur le terrain

Plan Trump : des effets déjà dévastateurs sur le terrain
Des centaines d’hectares de terres agricoles palestiniennes ont été ravagés par l’armée israélienne pour permettre l’accélération des travaux de construction des routes réservées aux colons. . . Tout cela dans le silence assourdissant d’une communauté internationale qui feint de l’ignorer. . .Le temps n’est plus à l’attentisme. Cinquante anciens ministres des Affaires étrangères des États de l’Union européenne viennent d’écrire à leurs homologues en exercice pour leur demander d’agir.
communiqué 28 février 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 260.7 KB

L’Association France Palestine solidarité en appelle solennellement au président de la République : « Nous sommes dans une situation nouvelle qui appelle des actes ; la France, avec les États européens qui en ont la volonté, doit prendre des initiatives ; elle doit cesser immédiatement toute coopération militaire avec Israël, et mettre sur la table du Conseil européen la suspension de l’accord d’association de l’Union européenne avec Israël en cas de mise en œuvre du plan d’annexion » a déclaré son président Bertrand Heilbronn.

PLAN TRUMP : un plan de liquidation de la cause palestinienne, un alignement indigne de la France

Communiqué du bureau national de l'AFPS
Il s’agit d’aller toujours plus loin dans la dépossession des Palestiniens de leurs terres, de leurs ressources et de leurs lieux emblématiques, de perpétrer le régime d’apartheid, de maintenir les Palestiniens sous occupation.
En entendant liquider la cause palestinienne, ce n’est pas seulement toute perspective de paix que Trump enterre, c’est une conception des relations internationales fondée sur le droit.
communiqué 29 janvier 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 360.4 KB

La seule réaction possible au « plan Trump » de la France, de l’Europe, de tous les États qui affirment refuser la loi de la jungle et la loi du plus fort, est un rejet clair et net, sans détour, assorti de menaces de sanctions si l’État d’Israël s’avisait de le mettre en œuvre. Il est inconcevable que la France se rende ainsi complice d’un tel plan. C’est une solution basée sur le droit qui doit s’imposer.

Signez la pétition

 "Nous ne laisserons pas la Palestine disparaitre de la carte !" : 

 

www.france-palestine.org/PETITION-Nous-ne-laisserons-pas-la-Palestine-disparaitre-de-la-carte

 

 

Il est urgent d'arrêter le rouleau compresseur de la colonisation !

Il n’y a pas de semaine sans que Benyamin Nétanyahou ne dégaine une nouvelle arme pour atteindre son objectif :
annexer la Vallée du Jourdain avec en ligne de mire l’ensemble de la Cisjordanie. Il ne s’en cache pas, il l’a inscrit dans son programme électoral.
C’est dans ce contexte que le président Macron va se rendre en Israël et en Palestine cette semaine. Nous espérons qu’il saura le prendre en compte, et qu’il ne renverra pas dos à dos l’opprimé et l’oppresseur. Il lui revient d’affirmer de manière claire la primauté du droit face au fait accompli et à la loi du plus fort.
communiqué 20 janvier 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 519.4 KB

Cours Pénale Internationale : un pas significatif a été franchi contre l’impunité d’Israël

Après cinq ans d’instruction préliminaire, la Procureure de la Cour Pénale Internationale, Mme Fatou Bensouda, a confirmé que les bases étaient maintenant établies pour ouvrir une enquête sur les crimes de guerre commis par Israël contre les Palestiniens. L’Association France Palestine Solidarité note avec satisfaction qu’un pas significatif a enfin été franchi contre l’impunité d’Israël.
communiqué 21 décembre 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 429.0 KB

Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien détenu dans les prisons israéliennes est mort mardi 26 novembre à l’âge de 36 ans

Donald Trump et Benyamin Nétanyahou : plus vite, plus haut, plus fort dans la violation du droit !

Lundi 18 novembre, Mike Pompeo, le secrétaire d’État des États-Unis a déclaré que « l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit in
Si la France veut être cohérente avec la politique qu’elle affirme, si elle veut sortir de l’impuissance, si elle ne veut pas se rendre complice de ce déni du droit, elle doit reconnaître immédiatement l’État de Palestine dans les frontières d’avant juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.
communiqué 20 novembre 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 375.7 KB

Khalida Jarrar, députée palestinienne et dirigeante du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) a été kidnappée à son domicile à Ramallah dans la nuit du jeudi 30 octobre par l’armée israélienne. Un important dispositif militaire a envahi les rues de Ramallah pour l’enlèvement de Khalida et d’Ali Jaradat, écrivain et ancien prisonnier politique. Lire


Mardi 9 novembre JOURNEE POUR UN MONDE SANS MUR

Du mur d’apartheid israélien sur la terre palestinienne au mur de la honte américain à la frontière mexicaine - près de 70 murailles sur tous les continents déchirent la vie et les terres des peuples alors qu’elles fortifient des frontières ou des limites de contrôle des États souvent définies unilatéralement. Ce sont des édifices d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination, d’exploitation et d’annexion comme pour le Mur israélien.

Mur d’annexion, mur de dépossession, mur d’enfermement, mur de séparation, mur d’apartheid, le Mur construit par Israël sur la terre de Palestine doit tomber !

Avec le retrait d’EGIS, une nouvelle victoire dans la campagne contre le tramway colonial à Jérusalem-Est

Communiqué de l’Association France Palestine Solidarité, CFDT, CGT, FIDH, LDH, Solidaires, Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
Egis était la dernière entreprise française impliquée dans la réalisation de ce projet d’extension du tramway reliant la partie israélienne de Jérusalem aux colonies à l’Est de Jérusalem, participant ainsi au développement de la colonisation.
communiqué 30 octobre 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 342.0 KB

Prisonniers politiques palestiniens : jusqu’où, jusqu’à quand ?

Torturé dans les prisons israéliennes, Samer al-Arbeed doit être libéré

Communiqué du bureau national de l'AFPS
Samer al-Arbeed a été arrêté mercredi 25 septembre. Il a été transféré à l’hôpital suite à de graves tortures dont il a été victime pendant son interrogatoire. L’AFPS exprime solennellement son indignation devant les pratiques de l’occupant israélien. Israël doit être condamné clairement pour ces actes de torture et de barbarie.
Le Bureau national de l’AFPS
communiqué 29 septembre 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 433.0 KB

 

Élections israéliennes : pas de place pour les droits du peuple palestinien !

 

Au lendemain des élections israéliennes, et quels que soient l’avenir de Benyamin Nétanyahou et la forme de la future coalition gouvernementale, c’est l’absence d’alternative à la négation des droits du peuple palestinien qui ressort, une fois de plus, des résultats.

Communiqué du bureau national de l'AFPS
Pour sortir de la spirale de l’impunité, du racisme, de la négation de l’existence de l’Autre à l’œuvre en Israël contre les droits du peuple palestinien, les déclarations ne suffisent pas : il faut faire preuve de courage politique et poser des actes forts. Sans cela, parler de Paix n’est qu’un leurre.
communiqué 18 septembre 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 350.5 KB

Jérusalem : destructions de maisons, expulsions de familles et crimes contre l’humanité

Il est temps de dire STOP à la loi du plus fort et du fait accompli !
Ce 22 juillet, Israël a commencé la destruction de 70 appartements concernant 350 personnes dans un quartier palestinien de Jérusalem. Pour ces familles, expulsées de leur propre maison, c’est le projet de toute une vie qui se trouve ainsi anéanti.
communiqué 23 juillet 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 479.7 KB

Halte au massacre des enfants de Palestine

Halte au massacre des enfants de Palestine
Abd Arrahman Yaser Shtaiwi, 10 ans a été touché vendredi 12 juillet en pleine tête par une balle explosive tirée par un tireur d’élite. Cette armée d’occupation qui ose se prétendre la plus morale du monde a décidé vendredi dernier de tirer sur cette population non armée à balles réelles. Sur des civils non armés. Sur des enfants.
communiqué 16 juillet 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 127.3 KB
Plan Trump : l'arnaque du siècle
Aux côtés des Palestiniens, l’Association France Palestine Solidarité réaffirme qu’aucune solution ne pourra voir le jour sans un règlement politique basé sur le droit international et le droit à l’autodétermination des peuples.
Communiqué 26 juin 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 388.3 KB
Étiquetage des produits des colonies israéliennes
L'Avocat Général de la Cour de Justice de l'Union Européenne a conclu "que le droit de l’Union exige, pour un produit originaire d’un territoire occupé par Israël depuis 1967, l’indication du nom géographique de ce territoire et l’indication, le cas échéant, que le produit provient d’une colonie israélienne"
communiqué 14 juin 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 301.8 KB

Gaza sous les bombes, la population n’en peut plus

En Direct de Gaza :

Quatre morts et 316 blessés dans la bande de Gaza-bilan provisoire- :

Ce samedi 30 mars 2019 :

Un premier anniversaire sanglant dans la bande de Gaza !

Lire le message de Ziad Medoukh….

PRISONNIERSLe ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a annoncé son intention « d’empirer » les conditions de détention des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes … lire

Aux ordres d’Israël, Macron a choisi de diviser la France

Entre une lutte sincère et unitaire contre toutes les formes de racisme dont l’antisémitisme, et une instrumentalisation au service d’un État criminel, Emmanuel Macron a choisi, en toute connaissance de cause, la deuxième option.
communiqué 21 février 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 327.9 KB

Jérusalem : Halte au nettoyage ethnique

L’objectif de l'occupation israélienne est de vider Jérusalem-Est de ses habitants palestiniens pour remettre, l’une après l’autre, leurs maisons à des habitants juifs qui n’ont aucun lien avec ce quartier. Cela contribue ainsi à la dépalestinisation de la ville de Jérusalem.
communiqué 24 janvier 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 377.6 KB

Israël : 19 juillet 2018 L'ETAT D'APARTHEID INSCRIT DANS LA CONSTITUTION

L'adoption par la Knesset (le parlement israélien) de la loi sur "l'Etat-nation du peuple juif" est un événement majeur : c'est une loi "fondamentale" (l'équivalent de la constitution), et le vote, précipité ces derniers jours, survient aux termes de 7 ans de débats au cours desquels le président israélien s'est lui-même opposé au gouvernement.

Cette loi comporte plusieurs aspects d'une gravité exceptionnelle :

Communiqué du bureau national de l'AFPS
Tout autre Etat adoptant ce type de loi fondamentale aurait été immédiatement mis au ban des nations. Dans le cas présent, seul l'ambassadeur de l'Union européenne, bien isolé, a fait publiquement entendre sa voix.
communiqué 19 juillet 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 425.7 KB

Pour avoir beaucoup d'autres infos,nous vous recommandons le site national de l'association :

www.france-palestine.org

Si vous souhaitez nous contacter, cliquez ici