Communiqués du Bureau National

Oui, c’est l’apartheid !
La proposition de résolution déposée le 13 juillet à l'Assemblée, qui condamne « l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien » est parfaitement étayée sur le plan juridique. Mais tout le réseau des soutiens inconditionnels à l’État d’Israël s’est déchaîné, dans une incroyable démesure.
L'accusation d’antisémitisme est un procédé classique de tous ceux qui veulent faire taire les voix qui critiquent la politique de l’État d’Israël et interviennent dans le sens du respect du Droit. Face à la violence de ces accusations, l’AFPS réitère tout son soutien aux signataires du projet de résolution, et appelle toutes et tous les député·e·s de bonne foi à résister à ce chantage ignoble. La proposition de résolution déposée le 13 juillet a l’immense mérite de porter le débat sur le plan politique. L’AFPS y prendra toute sa place, dans le respect des personnes de bonne foi.
communiqué 4 août 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 516.3 KB
Emmanuel Macron reçoit le premier ministre israélien
Emmanuel Macron reçoit aujourd’hui le Premier ministre de l’État qui a assassiné la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh et dont l’armée, forte de son permis de tuer, fait presque chaque jour de nouvelles victimes palestiniennes. Depuis le 10 mars, Salah Hamouri avocat franco-palestinien a été mis en détention administrative - sans charge ni jugement - pour une durée de 3 mois, sur simple décision des autorités israéliennes. Cette détention sans motif a été reconduite pour 3 mois supplémentaires au mépris de toute forme de droit.
Le président de la République doit publiquement exiger la libération de Salah Hamouri, le rétablissement de son droit de résidence à Jérusalem et la fin de l’acharnement qu’il subit depuis trop d’années.
Monsieur le Président de la République, il est temps de parler haut et fort pour exiger qu’Israël se conforme au droit international.
communiqué 5 juillet 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 441.1 KB
Salah Hamouri : le scandale continue !
Alors que celle-ci devait s’achever normalement ce lundi 6 juin, Salah Hamouri vient de voir sa détention administrative prolongée de 3 mois sur ordre d’un juge militaire israélien ...
Colère face à l’injustice de voir ce militant, avocat des droits humains, maintenu en cellule sans qu’aucune charge, aucun motif ne soit retenu contre lui Une colère qui le dispute à l’amertume, car nous constatons une fois de plus que les autorités françaises n’ont pas su, ou pas voulu, imposer à Israël leur volonté de voir libérer un compatriote des geôles de ce pays. L’AFPS, avec toutes celles et ceux qui se mobilisent pour obtenir sa libération s’engage évidemment à poursuivre et amplifier l’action contre l’injustice dont il est encore une fois victime.
communiqué 6 juin 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 512.8 KB
Le gouvernement israélien s’acharne contre Salah Hamouri. Exigeons sa libération immédiate !
Salah Hamouri vient d’être mis en détention administrative - sans charge ni jugement - pour une durée de 4 mois. Sur simple décision des autorités israéliennes, cette détention peut être renouvelée à l’infini sans la moindre charge. Cet acharnement d’Israël contre un militant des droits humains et avocat des prisonniers palestiniens ressemble de plus en plus à une vengeance d’État. L’Association France Palestine Solidarité demande aux autorités françaises, et en particulier au Président de la République d’intervenir immédiatement et publiquement auprès des autorités israéliennes pour obtenir sa libération, la restauration de ses droits de résident et la possibilité de vivre à Jérusalem avec son épouse et ses enfants.
communiqué 11 mars 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 371.5 KB
Non à la dissolution de deux organisations de solidarité avec la Palestine
L’Association France Palestine Solidarité condamne fermement ces dissolutions et demande au gouvernement de revenir sur cette décision infamante pour la démocratie.
communiqué 10 mars 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 463.5 KB
Non à l’agression de la Russie contre l’Ukraine, il faut faire respecter le droit… partout dans le monde
L’Association France Palestine Solidarité condamne l’agression de la Russie contre l’Ukraine, en violation flagrante du droit international et de la charte de l’ONU ; elle appelle ses militant·e·s à se joindre, dans l’unité, aux rassemblements qui seront organisés ce samedi 5 mars dans ce sens.
Tout en étant centrée sur la défense des droits du peuple palestinien, notre association ne peut pas rester indifférente à l’agression que subit tout un peuple, ainsi qu’à la négation de ses droits et de son existence même au nom de la loi du plus fort. . .
La France et l’Europe devront, au lendemain de l’épisode tragique que nous vivons, montrer que leur volonté de faire respecter le droit n’est pas sélective, et qu’elles savent prendre des sanctions, y compris contre l’Etat d’Israël, face à des violations graves, systématiques et répétées du droit international. . . .
communiqué 5 mars 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 329.6 KB
La solidarité avec le peuple palestinien est un devoir !
En annonçant sa volonté de dissoudre le Collectif Palestine Vaincra et le Comité action Palestine, sur demande d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin veut faire de la solidarité avec le peuple palestinien un délit. L’AFPS dénonce cette nouvelle atteinte aux libertés associatives et à la liberté d’expression et apporte tout son soutien à ces deux collectifs
communiqué 25 février 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 448.0 KB

Un rapport d’Amnesty International dénonce à son tour le régime d’apartheid israélien

Un rapport d’Amnesty International dénonce à son tour le régime d’apartheid israélien
L’Association France Palestine Solidarité salue avec une très grande satisfaction la publication du rapport d’Amnesty international qui dénonce l’apartheid israélien.
Amnesty International confirme également – comme l’avait démontré le rapport Falk-Tilley en 2017- que c’est bien le peuple palestinien dans son ensemble qui est victime de ce crime, où qu’il se trouve : en Israël, dans le territoire palestinien occupé (Cisjordanie y compris Jérusalem-Est et Gaza) mais aussi les exilés et les réfugiés.
La communauté internationale (dontl'Union Européenne et la France) ne peut plus rester sourde et muette face à ce crime contre l’humanité, elle a le devoir d’y mettre fin et ne doit en aucun cas concourir à son maintien.
L’AFPS continuera à mettre toutes ses forces dans ce combat contre l’apartheid israélien aux côtés de ses partenaires palestiniens, internationaux, européens et français, un combat pour l’égalité des droits pour les Palestin
communiqué 1 février 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 566.6 KB
Trois journées internationales de solidarité les 28, 29 et 30 janvier 2022
communiqué 28 janvier 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 537.5 KB
Nasser Abu Hamid, dans le coma et emprisonné dans un hôpital israélien doit être libéré
Nasser Abu Hamid, 49 ans, prisonnier palestinien emprisonné depuis 2002 dans les geôles israéliennes, est dans le coma depuis le 4 janvier. Il est détenu en soins intensifs dans l’hôpital israélien "Barzilai." Son cancer du poumon n’a été détecté qu’en août 2021 alors qu’il avait déjà atteint un stade avancé. L’intervention chirurgicale (ablation de la tumeur cancéreuse) a été retardée jusqu’en octobre, date à laquelle il a été opéré après des protestations de ses codétenus et d’organisations juridiques. Il est victime de négligence médicale. Malgré son état, sa famille n’est pas autorisée à le voir à l’hôpital.
Nasser Abu Hamid doit être libéré. Nous demandons à Monsieur Jean-Yves le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, d’intervenir auprès du gouvernement israélien afin que Nasser Abu Hamid soit libéré.
19 janvier 2022 Nasser Abu Hamid.pdf
Document Adobe Acrobat 376.2 KB
A Lyon le 27 janvier, continuons à défendre le droit d’appeler au boycott
Le 18 mai dernier, le tribunal correctionnel de Lyon a rejeté les poursuites intentées par la société Teva, un groupe pharmaceutique israélien, contre la directrice de publication du site Europalestine, Olivia Zemor, qui avait rendu compte en 2016 d’une action de boycott de Teva organisée à Lyon en 2015. Par ce jugement de première instance, Olivia Zemor a été relaxée. Mais Teva ayant décidé de faire appel, une nouvelle audience aura lieu le 27 janvier devant la Cour d’appel de Lyon.
Nous comptons sur les juges de la Cour d’Appel de Lyon pour respecter totalement l’esprit et la lettre de l’arrêt de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme ) qui légitime l'appel au boycott. Nous comptons sur les juges de la Cour d’Appel de Lyon pour respecter totalement l’esprit et la lettre de l’arrêt de la CEDH.
communiqué 19 janvier 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 450.0 KB
Israël autorise ses soldats à tirer dans le dos des enfants palestiniens
Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a salué le changement des règles de tir de l’armée, affirmant que les nouvelles instructions "permettront aux soldats de se défendre". Le procureur général, Avichaï Mandelblit les a approuvées à son tour.
communiqué du 21 décembre 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 441.4 KB
Les principes de droit universels ne s’appliquent pas à Israël
depuis plus de 73 ans à ce jour, l’État d’Israël, qui s’était engagé à respecter les résolutions de l’ONU quand il y fut admis en 1949, a mis en place un régime qui contrevient à la DUDH et qui prive les Palestiniens de tous les droits fondamentaux, y compris le droit au retour
Nous demandons instamment à la France de faire appliquer le droit international et d’imposer des sanctions à Israël tant qu’il ne s’y conforme pas, dans toutes ses dimensions y compris le droit au retour des réfugiés palestiniens
communiqué 10 décembre 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 544.1 KB
Offensive inédite d’Israël contre les ONG palestiniennes. La France doit rappeler son ambassadeur en Israël
Ce sont des organisations de grande envergure et internationalement reconnues : Addameer (droits des prisonniers politiques), Al-Haq (droits humains – membre de la FIDH), DCI-P (organisation internationale de défense des enfants - Palestine), UAWC (l’union des comités agricoles), l’Union des Comités de Femmes palestiniennes, et le centre Bisan de recherche et développement.
Les organisations palestiniennes de défense des droits humains doivent être protégées afin qu’elles puissent accomplir leur mission.
Mais il faut aussi et surtout agir vite et fort contre cette nouvelle offensive de l’État d’Israël contre la société civile palestinienne. Dans l’immédiat et comme toute première mesure, nous demandons à la France de rappeler sans délai son ambassadeur en Israël. Nous demandons à l’Europe de faire de même et de suspendre la participation d’Israël à tout programme européen.
Communiqué 22 octobre 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 335.6 KB

Israël continue de s’acharner contre Salah Hamouri : la France DOIT faire respecter le droit !

Israël continue de s’acharner contre Salah Hamouri : la France DOIT faire respecter le droit !
Ce lundi 18 octobre, Salah Hamouri s’est vu notifier la révocation de son statut de résident de Jérusalem (décision validée par le ministre de la Justice et le procureur général d’Israël).
Salah Hamouri est né à Jérusalem, il est Palestinien, et il est citoyen français. Comment la France peut-elle accepter que l’un de ses ressortissants soit ainsi soumis à de tels actes inhumains, à des violations constantes de ses droits élémentaires ?
Pour agir, cliquez sur www.france-palestine.org ou copiez le lien
Communiqué 19 octobre 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 501.9 KB

Il faut retirer son permis de tuer à Israël !

Après un été particulièrement meurtrier, la Palestine occupée a connu ce 26 septembre un dimanche sanglant : 5 assassinats lors d’intrusions d’une extrême violence dans 2 villages palestiniens (...) Dans le même temps les forces d’occupations ont tiré à balles réelles dans plusieurs localités de Cisjordanie faisant de nombreux blessés. (...)
Cette répression acharnée de l’armée israélienne à l’encontre du peuple palestinien est la seule réponse qu’apporte l’État d’Israël à la volonté indéfectible du peuple palestinien de mettre fin à l’occupation et à la colonisation de sa terre ainsi qu’à ce régime d’apartheid israélien . Cette répression acharnée de l’armée israélienne à l’encontre du peuple palestinien est la seule réponse qu’apporte l’État d’Israël à la volonté indéfectible du peuple palestinien de mettre fin à l’occupation et à la colonisation de sa terre ainsi qu’à ce régime d’apartheid israélien.(.
communiqué 27 septembre 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 587.3 KB

L’évasion des prisonniers palestiniens : un acte de résistance, l’exigence d’une protection internationale

Les prisonniers palestiniens sont des prisonniers politiques, détenus par Israël en tant que puissance occupante, suivant les lois et les tribunaux militaires de l’occupation ; leur détention sur le territoire israélien est d’ailleurs contraire à la convention de Genève(...) L’AFPS salue le courage des six prisonniers palestiniens qui se sont évadés de la sinistre prison de Gilboa (.. ). Quatre d’entre eux ont été repris par les forces de répression israéliennes. Ils sont maintenus au secret et ne peuvent pas rencontrer leurs avocats (...) Les autres prisonniers subissent d’inadmissibles punitions collectives, notamment des déplacements massifs entre les prisons, la limitation drastique des contacts et la suspension des visites familiales et de celles de leurs avocats (...) Les prisonniers politiques palestiniens doivent être protégés des risques de torture et de vengeance de la part des forces de répression israéliennes (...) L’AFPS demande à la France
communiqué 13 septembre 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 517.8 KB

La réussite de la lutte contre l’occupation israélienne exige le respect des droits humains par l’Autorité palestinienne

Les récentes arrestations par les services de sécurité de l’Autorité Palestinienne d’intellectuels, de
militants associatifs et d’anciens prisonniers politiques (dans les geôles d’Israël) ont suscité une vague
d’indignation chez les amis de la Palestine et un malaise qui les oblige à réagir (...) Ces personnes réclamaient une enquête sur la mort fin juin du militant Nizar Banat, alors qu’il était
détenu par les forces de sécurité palestiniennes. Elles demandaient également de fixer un calendrier pour
des élections législatives et présidentielles (...) Ces militants qui voulaient également que soit mis fin à la détention politique par l’AP pour créer un
environnement sain favorisant la lutte contre l’occupation israélienne méritaient d’être écoutés et
certainement pas d’être traités comme des délinquants (...)
Ils jouissent d’une
forte popularité chez la population et sont la boussole des mouvements de solidarité avec la Pale
communiqué 26 août 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 360.1 KB