GREVE DE LA FAIM DES PRISONNIERS

Après 20 h de négociations à Ashkelon les grévistes ont obtenu la majorité de leurs revendications. La grève s'est terminée ce matin 27 mai.

 

La victoire arrachée par les prisonniers politiques palestiniens après 41 jours de grève de la faim est d'abord la leur : celle d'une action résolue et coordonnée sur les mots d'ordre très forts de la liberté et de la dignité, centrée sur des objectifs immédiatement atteignables, celle d'une incroyable volonté face aux risques pour leur vie et aux mauvais traitements de toutes sortes qu'ils ont subi d'un système pénitentiaire inhumain.

 

C'est aussi la victoire de tout le peuple palestinien, qui s'est identifié à la cause de ses prisonniers, et de tous les Palestiniens qui se sont  mobilisé partout, au péril de leur vie, en portant cette revendication.

 

C'est enfin notre victoire et celle de tous nos partenaires, de cet immense mouvement de solidarité qui s'est mobilisé partout dans le monde. L'engagement plein et entier de tous nos partenaires pour cette cause, la multitude des mobilisations, partout en France, dans la diversité et l'inventivité de leurs formes, sont là pour en témoigner...

 

Avec Marwan Barghouti, les prisonniers politiques palestiniens engagent une grève de la faim le 17 avril 2017

A ce jour, près de 7 000 Palestinien-ne-s sont détenu-e-s par les autorités israéliennes. Parmi eux, des enfants (près de 4  ), des malades (plus de 1 500), des députés (13 à ce jour)... détenus en Israël en violation de la 4ème Convention de Genève, qui interdit le déplacement de la population occupée sur le territoire de l'occupant.

Les soins médicaux appropriés sont rares (plusieurs prisonniers en sont morts), tandis que les conditions sanitaires, d'alimentation, d'accès à l'information et à l'éducation, ou encore de communication avec les familles ne répondent pas aux standards internationaux.

La mise à l'isolement pour de longues périodes est fréquente et la détention administrative est une pratique courante. C'est une procédure qui permet de maintenir un détenu en prison pour des périodes de 6 mois renouvelables à l'infini, sans jugement ni justification.

Le 20 avril, près de 1 500 prisonniers sont en grève de la faim.

Lire l'appel de Marwan Barghouti, dirigeant emblématique du Fatah, député, condamné à la prison à vie.

Appel de Marwan Barghouti lundi 17 avril 2017
Nous allons mener cette grève de la faim ...
Marwan Barghouthi 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 350.3 KB

Solidarité avec les prisonniers palestiniens PARRAINAGE

  L'Association France Palestine Solidarité a lancé une campagne de  PARRAINAGE des prisonniers politiques palestiniens.

Environ 7 000 prisonniers sont à ce jour détenus dans les prisons israéliennes dont des femmes, des enfants, des personnes âgées et des personnes malades, en toute illégalité au regard du droit international. Ils ont besoin de notre soutien et de notre solidarité.

Le parrainage est une démarche de solidarité qui vise à la fois à mobiliser et à sensibiliser en France, mais aussi à exprimer une solidarité concrète envers les prisonniers en leur témoignant un soutien direct et en mettant en lumière leur situation à un niveau international.

Comment parrainer ?

Informations en nous contactant ou sur le site national

http://www.france-palestine.org/Parrainer-un-e-prisonnier-e.

Raids nocturnes dans le camp de Dheisheh

Le camp de réfugiés de Dheisheh se trouve à Bethléem

Ibdaa est le partenaire palestinien de l'association Partage
ibdaa 2016 09 09.pdf
Document Adobe Acrobat 226.2 KB

Israël détruit des maisons palestiniennes à Umm al-Kheir

 Des dizaines de Palestiniens ont été laissés sans logis mardi 9 août après qu’Israël a rasé cinq bâtiments en Cisjordanie, dont trois ont été subventionnés par l’Union Européenne.

Les photos et les vidéos envoyées aux médias sociaux par l’ONG israéliennes B’Tselem ont montré les bulldozers israéliens arrivant pour détruire les bâtiments préfabriqués, dont certains montraient le drapeau de l’UE apposé sur leurs murs extérieurs.

Selon B’Tselem, 16 mineurs faisaient partie des 27 Palestiniens rendus sans logis par les démolitions, qui ont eu lieu à Umm al-Kheir, au Sud des Collines d’Hébron en Cisjordanie. C’est la seconde fois cette année que les autorités israéliennes ont détruit leurs maisons

 

 

Oui, Israël exécute des Palestiniens sans jugement

En 2016, pas besoin d’être Adolf Eichmann pour être exécuté en Israël - être une adolescente palestinienne avec une paire de ciseaux est suffisant.

 

Gideon Levy, Haaretz, mardi 19 janvier 2016

article Haaretz exécutions janvier 2016.
Document Adobe Acrobat 162.0 KB

KHIRBET SUSIYA

Des diplomates de l’UE se réunissent en soutien à un village palestinien menacé de démolition
Khirbet Susiya 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 341.8 KB

LA PALESTINE ET L'ONU

Le Président Mahmoud Abbas a signé mercredi 31 décembre la demande d'adhésion palestinienne à la C. P. I. (Cour Pénale Internationale).

Il a pris sa décision après le rejet par le Conseil de sécurité de l'ONU de sa résolution prévoyant un accord de paix avec Israël d'ici douze mois et un retrait des territoires occupés d'ici 2017.

Le Conseil de sécurité a rejeté cette résolution : 8 voix pour, 2 contre (USA et Australie) et 5 abstentions. Il fallait 9 voix pour que la résolution soit adoptée (à moins d'un veto, qui aurait sans doute eu lieu)

La France a voté pour. L'ambassadeur de France en Israël a été convoqué par Benyamin Nétanyahou, mécontent ...

RECONNAISSANCE DE L'ETAT DE PALESTINE

Près d'un millier de personnalités israéliennes (anciens ministres, anciens membres de la Knesset, écrivains, ..., ont signé un appel aux parlementaires européens pour que leurs gouvernements reconnaissent l'Etat de Palestine

GAZA

Le blocus ruine l'économie de Gaza et fait vivre à la population un calvaire insupportable..

Il est indispensable de lever le blocus de Gaza.

ARRESTATION D'ENFANTS

Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a publié le 20 juin 2016 un rapport accablant pour Israël : arrestation d’enfants la nuit, mauvais traitements, etc.

Résistance populaire non-violente

Lisez la page sur Beit Ommar

Accord historique Fatah-Hamas

Lundi 6 février 2013, sous l'égide du Qatar, un accord avait été signé à Doha entre Mahmoud Abbas, chef du Fatah et président de l'Autorité palestinienne, et Khaled Machaal, chef du Hamas. La "déclaration de Doha" prévoyait "la formation d'un gouvernement d'entente nationale présidé par le président Mahmoud Abbas (...) et la tenue d'élections présidentielles et législatives". Depuis, la situation avait peu évolué.

Mais le 24 avril 2014, un nouvel accord a été signé

 

Lisez toutes les informations sur le site national www.france-palestine.org

 

Demande de reconnaissance de la Palestine à l'ONU

Le 23 septembre 2011, Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, a demandé l'adhésion de l'Etat de Palestine à l'Organisation des Nations Unies

La Palestine est devenue en octobre 2011, le 195ème membre de l'UNESCO, malgré l'opposition d'Israël et des Etats-Unis.

Les Palestiniens ont renouvelé le 29 novembre 2012 devant l'Assemblée générale des Nations Unies leur demande pour obtenir le statut d'Etat non-membre de l'ONU (Etat observateur), statut identique à celui du Vatican, qui serait une reconnaissance implicite de la souveraineté de l'Autorité Palestinienne sur la Cisjordanie, Jérusalem-Est, et la bande de Gaza.

Une fois obtenu ce statut, l'Autorité Palestinienne cherchera à obtenir celui de pays membre (problème du veto des Etats-Unis au Conseil de sécurité) 

La France doit dire OUI à l'admission de la Palestine à l'ONU

Le 31 octobre 2011, la Palestine a été admise à l'UNESCO. dont elle n'était jusqu'alors que membre observateur.

Les Etats-Unis et Israël ont pris immédiatement des mesures de rétorsion.

 

Le 29 novembre 2012, l'Assemblée Générale de l'ONU a admis la Palestine comme "Etat non membre observateur". 138 Etats ont voté pour, dont la France. Ce statut donne à l'Etat de Palestine tous les droits des Etats membres à l'exception de celui de voter à l'Assemblée générale.

Vous trouverez les dernières informations sur ces événements, sur les diverses réactions qu'ils ont suscitées, et sur les actions du bureau national de l'AFPS, sur le site national de l'AFPS. 

www.france-palestine.org